Le périmètre des carburatrices

mercredi 7 décembre 2011

ADMINISTRATIONS - Episode 10


- On est dans la merde, Pierre-François, on est dans une sacrée merde.

Au bout du fil, Monsieur le Conseiller général P., chef du Service de l'encaissement des contributions, effrayait Monsieur le Préfet W. Et comme toujours, lorsque la situation commence à faisander, c'est celui qui se trouve au milieu des carcasses qui ne se rend pas compte qu'il met sa hiérarchie dans l'embarras.

- Ecoute, Roland, qu'est-ce que tu veux que je te dise? Vos conneries ont déjà fait le tour des administrations. Il y a même une vidéo qui circule. Tu te rends compte, une putain de vidéo! Qu'est-ce que tu fous avec tes gens? Tout part en couilles, et ces connards ont encore le temps de faire des films avec leurs saloperies de portables.

Monsieur le Préfet W. était en train de procéder au recadrage de Monsieur le Conseiller général P. Selon une technique qui ne relevait pas du management participatif. Pourtant, lors des réunions de motivation du personnel préfectoral, il louait particulièrement ce mode de conduite, qu'il qualifiait de "collégial", "éclairé" et "moderne". Ici, en réalité, Monsieur le Conseiller général P. allait se faire virer et il ne semblait pas s'en rendre compte.

- Attends, Pierre-François, si tu crois que j'ai le temps de jouer au flic.
- Je crois surtout que t'en as rien à foutre, Roland. Tu as écouté ce qui se dit? Ces histoires de dossiers au placard? Et comme par hasard, ça concerne des ressortissants de la République démocratique de Z. Nom de Dieu, tu sais que j'ai toutes les associations de défense tiers-mondistes au cul, tu connais les chiffres, tu sais combien et comment c'est explosif! Et malgré tout, tes connards se lâchent!
- C'était des séances internes, des discussions informelles!
- Mais vous étiez sur écoute, merde! Le coup doit venir de putains de syndicalistes. Ou même, va savoir, si c'est pas cet enculé de Fabien, pour nous faire chier.

Monsieur le Préfet W. faisait allusion à Monsieur le Président T. de la Chambre de commerce et d'industrie. Ce dernier avait clairement fait savoir son intérêt à disputer la prochaine élection à la Préfecture.

- Ce ne sont pas des écoutes, Pierre-François, c'est hallucinant, c'est pas ça.
- Et que veux-tu que ce soit d'autre, pauvre con?
- Je crois que ce sont les murs.
- Quoi, les murs?
- Ils parlent. Ils se sont mis à parler.

Monsieur le Préfet W. se tut brièvement. Il reprit sa respiration, de manière relativement audible pour son interlocuteur.

- T'es cintré, Roland. C'est ça, ouais, je crois que t'as pété un plomb. Non, parce que là on frise même plus le code, on se torche avec!
- Ecoute, Pierre-François, j'étais là, merde! J'étais là! Les murs se sont mis à parler. T'imagine! On ne sait pas d'où ça vient! Tout risque de sortir! Et si ça s'est produit ici, pourquoi pas ailleurs? Pourquoi pas chez toi?
- Tu me menaces, espèce d'enculé? Tu me menaces? Putain, t'es vraiment un salopard.
- Arrête, je disais ça comme ça, on sait pas d'où ça vient.
- Je veux ta démission. Je veux ta putain de lettre. T'as assez déconné. Je vais t'envoyer Bernard, il prendra l'intérim et je te fous à la Direction générale du cadastre. Tu creuseras des trous et t'arrêtera de nous faire chier.
- Pierre-François, t'as rien compris, ce sont les murs. Bordel, les murs!

Monsieur le Préfet W. avait raccroché. Monsieur le Conseiller général P. n'arriva pas à  reposer précisément le combiné dans la petite entaille de plastique prévue à cet effet. Il se dirigea vers les vitres de la section "Contentieux Ouest" du Service d'encaissement des contributions. Un véhicule de pompes funèbres reculait dans une ruelle à l'opposé de la Place du Général D. Il allait prendre en charge la dépouille du forcené. Monsieur le Conseiller général P. aperçut au même instant le véhicule à cocarde de Monsieur le Conseiller aux Affaires économiques, Bernard R., traverser la surface bétonnée. Il venait le "relever de ses fonctions". 

- C'est ici la machine à café en panne?

Monsieur le Conseiller général P. se retourna.  Il aperçut un jeune homme en coupe-vent imperméable orange, frappé du logo de la société de maintenance Happiness is rising.

- Monsieur, c'est ici, la panne?

Fin