vendredi 16 mars 2012

Il y en a des

- Il y en a des. Ouais, il y en a des. Ouais, ouais, ouais, il y en a sacrément des. Ceux-ci-là qui sont blancs comme de la nacre, pas forcément gros, mais qui donnent de l'épaisseur au plaisir des doigts. C'est ceux-ci-là les des que je parle. Qu'elles mettent dans des dentelles qui nous font aimer l'habit de deuil des soirs omnivores.  Des qui désintègrent les mains au cul.
- Des qui donnent envie de créer des formulaires pour déposer une demande.
- Des comme ça, mon Jacky. Exactement des ceux-ci-là comme ça.
- Des qu'il faut demander la permission pour les toucher.
- Des comme Mireille quand elle nous sert nos Suze-réglisses.
- Des qui nous font croire qu'on est à Casablanca alors qu'on est à Montauban.
- Des pareils. Parfumés du dedans.