vendredi 24 août 2012

La nuit et l'aube

Parce qu'on venait
Trop régulièrement
Pisser contre ses portes
De bois et de peinture vernie

Parce qu'on s'y tripotait
Avec ostentation
A l'abri de la voûte cochère

Parce qu'on y rendait en compote
Ce dont elle nous avait gavés

La nuit a fait remplacer ses portes
La nuit a fait installer
Des blindages
Un digicode
Une caméra thermique
Un mécanisme électrique

Maintenant ça s'ouvre
Précisément et sans bruit
Sur une berline
Qui conduit à sa besogne
L'aube
Encore assoupie d'avoir été tant possédée