samedi 22 décembre 2012

Le vieil oiseleur

Il serait bien resté
Dans le noir capitonné
De sa chambre
Le vieil oiseleur

Il serait bien resté
Dans son coffre-fort
Que les lames de lumière
N'avaient pas réussi
A percer
Même au travers
Des persiennes condamnées

Il serait bien resté
A mâcher
Les bords foncés, durs et denses de la vie
Le vieil oiseleur

Il n'a pas entendu
A l'autre bout du logis
La porte principale
S'ouvrir
Il n'a pas entendu
Les appels
De son ami
Le vieil orpailleur

Il n'a pas pu
Défendre
Sa cage