Le périmètre des carburatrices

jeudi 28 mars 2013

Halète

Comme un animal surexcité
Rentre dans sa vie
Ronge les bas des meubles
Tire sur les nappes
Pisse sur les rideaux
Lacère les placets
Imagine des proies invisibles
Qui te font cavaler
D'un étage à l'autre
Ensuite de ça
Au milieu de la dévastation
Qui tombe en flocons
Comme un animal surexcité
Reste
Halète
Et montre ta langue rose et râpeuse

dimanche 24 mars 2013

Lignes

Viens te poser
Dans le creux
De ma main
Pêcher
Un peu
A la ligne

mercredi 20 mars 2013

L'hiver et le printemps

L'hiver rouvre
Sa braguette
Oh tu vois
Le printemps
Aime ça
Semble-t-il

Avant l'aube

La nuit 
Avance
Elle traîne la patte
On dirait
Qu'elle est blessée
Je crois
Que le brouillard
Réussira
A l'avaler
Toute crue
Avant l'aube

Par sols boueux

Son sourire
Est un châle
Qui s'accroche
A son rire
Après la pluie
Par sols boueux

samedi 16 mars 2013

Bazar

A force
De grignoter la nuit
Les étoiles
La feront tomber
En papillons de cendre
Sur nos corps éteints
Alors toi
Reste debout
Près de la clairière
Sois prêt à bondir
Avec ta chandelle
Et rallume-nous
Ce bazar

mardi 12 mars 2013

Les tringles

Quitter la lumière
Avec le toucher anecdotique
D'une épaule
Qui se départit
D'une robe de nuit
Et avancer dans la pénombre
Semblables à quelques doigts
Qui prennent de vitesse
Une culotte
Dévisser
Les dernières tringles
De nos sommeils

A l'avant de sa colère

Elle fonce
A l'avant de sa colère
Comme on donne
Son visage aux embruns
Comme on se presse
A la proue d'un navire
Et nous
Qui avions joué
Les connards
Au fond de l'eau
Qui avions gaspillé
Des torpilles
Qui ne savions
En réalité
Comment mettre le feu
Qui ne maîtrisions pas
Ou à peine
L'art de l'explosion
Nous les salopards
Elle nous fend
Par le milieu
De l'avant
De sa colère

Jolies danseuses confites

Jolies danseuses confites
Qui éclairez
Nos nuits basquaises
Rappelez-nous
Comment faire
Pour vous inviter
A jeter nos têtes
Hors du parvis
Des cathédrales
Et tremper de pluie
Nos courages
De poussière et d'encens

mercredi 6 mars 2013

Les farines de nos forces

Saupoudrer
Des éclats de jour
Sur son pain noir
Et le tendre vers elle
Puisque c'est
Tout ce dont nous disposons
Puisqu'il s'agit
Des farines de nos forces
Mélangées
A l'eau de nos larmes

Soudain

Elle sortait
De son véhicule
Commercial
Gris
Tout-terrain
Ainsi que l'abeille
De quelques corolles
Froissées
Et nous flippions
Au comptoir de la droguerie
Au milieu
De nos flacons d'insecticide

Cette main ou l'autre

Peser ses mots
Avec cette main
Ou l'autre
A la fraîche
Sans chichi
A la manière
De nos grands-mères
Privilégier
L'odeur et le goût
Aux mathématiques