Le périmètre des carburatrices

lundi 31 mars 2014

Cavalcades

C'était le jour
Que nous poursuivions
A perdre haleine
A tous les étages
De la nuit

En silence ou presque

Elle n'a pas su
Elle ne l'a pas entendu
Personne ne le lui a dit
Elle n'était pas au courant
Il est mort

Comme une feuille
Emportée par le vent
Avant de toucher le sol
Même pas la décence
D'être broyé
Par le râteau et la pelle
D'un cantonnier

Ce n'était pas en silence
Mais vu le peu d'attention
Que l'espèce porte
Aux petits bruits
C'était presque en silence

Elle n'a pas su
Elle ne l'a pas entendu
Il est mort
Comment retrouver
Qui que ce soit
Dans l'humus
Dans la pourriture
Dans les tas
Dans les bottes
Dans les monceaux
Personne ne le lui a dit
Elle n'était pas au courant

Gastro-entérite

Nous étions
Des colibacilles
Nous nous enfoncions
Très profondément
Dans les entrailles de la nuit
Et nous réussissions
Avec persévérance
A la faire
Se plier en deux
Et se tordre de douleurs

Tasse levée

Quand tu bois ton café
Tu es aussi belle
Que le pépiement
D'un oiseau retardataire
Au crépuscule
Qui a reporté son vol
Qui a laissé partir le groupe
Et qui donne la première note
Sa tentative
Pour accorder la nuit

lundi 24 mars 2014

Bitume

Nous regardions
La pluie
Faire frire
Le bitume

jeudi 20 mars 2014

Vers l'avant, vers l'arrière

Au fond
De l'église
A droite
Ils priaient
Pour la paix
Dans le monde
Devant des luminaires
Dont les flammes
Sous un souffle
Indéterminé
Vacillaient
Vers l'avant
Vers l'arrière
Comme
Des petits rappeurs
D'or

Pièges à loup

Avec la ferraille
Des pièges à loup
Que tu places
Dans notre lit
Je te sculpterai
Des boucles
D'oreille
Et s'il reste
Un peu d'acier
Je te construirai
Un appareil dentaire

Anémone

Leur amour
Etait
Fragile et dangereux
Comme la varappe
Sur la paroi extérieure
D'un pétale d'anémone

Regain

Elle a estimé
Qu'il fallait
Se retourner
Elle a choisi
De poser
Les yeux
Sur lui
Comme on rajuste
Une compresse souillée
Sur une entaille boursouflée
Ce regain
Avait l'amertume
D'un reflux gastrique
A empoisonner
Les plates-bandes
A espérer
Une expectoration
A attendre
Comme la fin
D'un tourment
La pluie dans le caniveau
Pour emmener loin
Cette bile rance

Deux vases et des tulipes

Elle est revenue
Dans sa vie
Pour casser
Les deux vases
Et arracher
Les pétales
Des tulipes
Qu'il avait
Sortis
Prématurément
Et placés sur la cheminée
Après l'incendie

Elle est revenue
Dans sa vie
Juste après les pompiers
Pour agiter la suie
Et se faire
Des sabots de cendres

vendredi 14 mars 2014

Sous le rétroviseur

Ses étreintes
Etaient
Des pattes de lapin
Juste sorties
De chez le taxidermiste
Nous accrochions
Notre joie
Au rétroviseur
De nos caresses

Tes cheveux

J'aimerais
Revoir
Tes cheveux
Goûter le vent

Va

Va
Par les ruelles sombres
Et ramène-moi
L'odeur de l'obscurité
Une fois que la nuit
Aura bien transpiré

mercredi 12 mars 2014

L'avenue

Elles remontaient
L'avenue
Comme des saumons

L'instinct farouche

Nos grosses mains
D'ours
Allaient
Nous servir

mardi 11 mars 2014

José

José a mis des pantalons propres
Il a accroché à sa ceinture
Son poignard d'ivoire et de lumière
José s'est parfumé
José s'est préparé à sortir
Il a pénétré le crépuscule
Sombre et encore chaud
José était bien décidé
A éventrer l'imprévisible
D'une lame sèche
Et observer
Quelles directions
Prendraient boyaux et intestins
Répandus sur le sol tiède
De cette ville agitée

Tissus et chiffonniers

Elle a attrapé son regard
Comme on retient
Un désespéré
Qui projette
De se jeter
Sous le train
C'était une histoire
De tissus
Et de chiffonniers

Passagers

Il a souri
Comme un lionceau
Poursuit sa queue

Les passagers
Augmentaient
Il pensait
A des miettes
Soudaines et incontrôlables
Fines et insaisissables

Il a souri
Sans voir la vitre
Comme le moineau
Tout à sa joie

vendredi 7 mars 2014

Pelotes

Notre mélancolie
Nous jetait
Des pelotes de laine
A la figure
Et nous ne savions pas
Tricoter

Renard

Son charme
Est un renard
Qui creuse
Devant un poulailler

Réveil

Le sommeil l'a quitté
Comme un morceau de bois
Rongé par un chien
Mal relancé par son maître
Disparaît
Au bout du courant
D'une rivière

Brume et crachin

Elle a posé sur lui
Ses yeux
Tricotés de brume et de crachin

Puits de lumière

Nos pas dans l'obscurité
Ces flèches
Pénétraient la nuit
Avec la profondeur
De puits de lumière
Nos pas dans l'obscurité
S'enfonçaient
Sur le chemin de nos désirs

mardi 4 mars 2014

Urbanité 3

Il a trouvé ce bar
Comme un marin
Pêche un loup
A la ligne
Solitaire
A force de peine
Alors qu'il n'attendait
Plus rien ni personne
Dans le silence de la haute mer
Il a trouvé ce bar
Il a échoué
A bonne latitude
Pour se noyer

Urbanité 2

La tranche lumineuse
De cet hôtel
Restait plantée
Dans notre âme
Et les souvenirs
Faisaient
Acte de pourriture
En bonnes bactéries

Urbanité 1

La neige s'accrochait
Au sommet
Des taupinières
Comme nous revenions
Avec mille prudences
Sentir cette ville