Le périmètre des carburatrices

jeudi 9 juin 2016

Reprise

J'ai envie
Que la nuit me reprenne
Oui mais la nuit
N'a pas
La tête à ça
Elle ne veut pas
De toi
Elle ne reprend pas
Les occasions manquées

mercredi 8 juin 2016

Taxis

Comme si tu revenais
D'un long voyage
Toi
Comme un avion
Qui s'appuie sur l'air
Semblable à un vieux coude
Qui cherche à se poser
Sur un accoudoir
Je me souviens
De ton tempo
De tes taratatas
De la vie
Avec toi
Haute et exposée
Que j'ai pleurée
Que j'ai attendue
Comme une carte postale
Après l'avoir laissée filer
Je me souviens
Et on dirait

A échanger nos taxis
Que c'est
Comme si tu revenais
Que tu vas me raconter
Ton long voyage

mardi 7 juin 2016

Cordes

Le ciel
Compact et sombre
Comme une coque de paquebot
Il pleuvait des cordes
Et personne ici
Pour s'accrocher à elles
Et monter à bord

lundi 6 juin 2016

Siphon

L'un a haussé
Les épaules
Et ensuite
L'autre a haussé
Les sourcils
Grâce à cet appel d'air
L'un a pu siphonner
Un peu de tristesse
Au fond de l'autre
Et faire redémarrer
Le tank
Du vieux dictateur
Jusqu'à la prochaine guerre

Sentinelles

La forêt
Et ce qui restait
De vent
A la va-vite
Ont brassé
Quelques feuilles
Qu'ils ont appliquées
Sur le silence
Un grimage maladroit
Censé le soustraire
Aux fracas
Des tronçonneuses
Restait l'odeur de l'essence
Au sombre dessein
Lancée dans l'air
A l'assaut des sentinelles des bois

Arcs et flèches

On a voulu
Atteindre
Avec nos arcs et nos flèches
Les trois étoiles
Les plus lumineuses
Celles qui donnaient
Le signal de départ
A la nuit
A nos courses effrénées
Dans l'obscurité

On a espéré
Qu'elles s'effondreraient
Un peu plus loin
Dans la forêt

On a imaginé
Envoyer nos Weimar
Les cueillir

On s'est réjoui
De pouvoir les moudre
Fin
Au pilon
D'en faire de la poudre

On s'est monté la tête
Sur les vertus de ce talc
Sur ses pouvoirs
D'adhérence
Dans les passes obscures

Dérobade

Retiens-toi au jour
Ce n'est pas que
La nuit se dérobe
Sous tes pieds
C'est que
La ville est visqueuse
Certains n'ont pas réussi
A garder leurs entrailles
Au fond de leurs joies

Pacotille

Mal équipé
Dans la précipitation
J'avais oublié
Piolets et mousquetons
Dans ma remise
Celle des ascensions
Ratées et estropiées
Mal équipé
Parti
Le poitrail
Saisi des vigueurs de l'aube
J'ai tenté
De passer
De la base de ton cou
Au sommet de ta nuque
Et je me suis fait emporter
Dans l'avalanche de tes cheveux
Estourbi dans ta chute de reins
Comme un aventurier
De pacotille
Qu'aucun hélicoptère
Ne remarquera
Tellement inanimé

Wombats

Il a souhaité
Entamer l'été
Alors que d'autres
Saisissent un couteau
Affûtent des lames
Il a souhaité
Entamer l'été
A dos de libellule
En dresseur de wombats
Il a souhaité
Aligner la lumière
En petits wagons
Son désir d'horizon
Comme seule
Locomotive