lundi 14 septembre 2020

Irréductibles

A saisir le gouvernail
A remonter nos cabans
Sur nos joues
A ravir un peu d'équilibre
Dévissé de la houle de tes cheveux
Ceux-là que des marins de pacotille
Prennent pour des forêts sombres
A saisir le gouvernail
A fendre les irréductibles
Qui se dressent aux vents
Et jouent aux serpents
Pour effrayer les marins de pacotille
Qui n'ont jamais navigué
Dans tes cheveux

samedi 8 août 2020

Verglas

Après le virage
On dirait
Qu'il y a quelque chose
Qui bouge
Une bestiole
A moins que
Oui c'est ça
Le jour
Tout de guingois
Qu'on a malmené
Et forcé à sourire
Le jour nourri de souriceaux
A se tenir la panse
Prêt à saisir
Le premier fourré
Pour y vomir
Déjà les chiens
A l'arrière
De votre camionnette
Sont surexcités
Lâchez-les un peu
Pour voir ce qu'ils nous ramènent
Du coin là-bas
Après le virage
Verglacé de soir

jeudi 2 juillet 2020

Des volières et des théières

Les après-midi
Volières
A enfermer
Des échappatoires
A leur rogner les ailes
Les après-midi
Théières
A boire le jus
De leurs joies flétries
Les après-midi
A changer la sciure du monde
A remplir les mangeoires du désir

mercredi 1 juillet 2020

Bisons

Les nuages
Se déplacent
En bisons
Et toi
A tendre les bras
Tes javelots
Toi qui tentes
De chevaucher
Ces masses
Toi qui espères
Comprendre
Quelque chose
Au grand vacarme
Saisir le sens d'une note
Apprivoiser un bruit
Pourquoi pas
Et le garder un peu
Au sol contre toi serré
Avoir un compagnon
Pour observer
Les bisons
Lorsqu'ils reviendront
Se déplacer
En nuages

mardi 2 juin 2020

Mouette

Peut-être
Etait-ce
Une victoire
Cette mouette
Qui traçait
Des lignes
Au-dessus
Des choses
Et des vivants
Ici
Si loin
De l'océan
Peut-être
Etait-ce
Notre promesse
Qui revenait
De croisades
Perdues
Epuisée
De n'avoir pas su
Remporter
Sa bataille
Contre
Les appels de détresse
Lancés par des attentes
Organisées en équipages

lundi 1 juin 2020

A te donner froid aux genoux

Ajuste un peu
Ta tendresse
Elle bâille
Sur les côtés
Ne la serre pas trop
Non plus
Sinon
Quand tu marches
Elle te remonte
Sur la taille
A te donner froid
Aux genoux
Ajuste un peu
Ta tendresse
Ne la laisse pas
Gouverner
Ta démarche

vendredi 15 mai 2020

Un brouet

Il est arrivé
Avec un peu de colère moulue
Il s'est proposé
Pour faire une soupe
Ou quelque chose
Un potage
Un brouet
Il pensait pouvoir 
En tirer des goûts
Elle était avariée
Elle avait été mal séchée
C'était une vieille colère
Mal conditionnée
Qui avait été saccagée
Par ignorance
Par un enchaînement
De gestes maladroits
Au mépris de méthodes
Ancestrales
Transmises
De mains en mains
Et qui
A force de précipitation
Se sont perdues

vendredi 17 avril 2020

Hors-bord

Pourquoi ne pas réserver
Quelques soupirs
A fond de cale
Ils pourraient être utiles
Lorsqu'il faudra
Mettre de l'air
Aux voiles de nos désirs
Et que les alizés métalliques
Avec qui nous aimions
Ferrailler
Porteront leurs débats
Sur des hors-bord
En équilibre
Sur la ligne d'horizon

vendredi 20 mars 2020

Des fumées aux nuées

Allongés
Dans les herbes hautes
A tendre les mains au ciel
A vouloir faire fricasser les nuages
Et leur ajouter un peu de thym
Arraché à la hâte
Donner un goût au bleu
Construire un fumet
Mélanger des fumées aux nuées
Peut-être que par-delà les étoiles
Quelqu'un par l'odeur alléchée
Viendra nous murmurer
D'autres fables
Que celles que nous avons usées
D'autres fables
Destinées à faire tenir ensemble
Nos courages perdus dans le noir

lundi 17 février 2020

Souffle ébouriffé

Ce souffle
Venu de temps anciens
Ceux qui nous ont vu courir
A gorge déployée
Ce souffle ébouriffé
Ce voyageur de contrées
Habituées aux grandes cavalcades
Ce souffle vient loger un moment
Une nuit peut-être
Une escale
Au sommet de cet arbre
Et le mettre en bataille
Ce souffle se tient haut perché
A regarder comme et combien
Je le dévisage
Il m'apporte les reliefs d'une odeur
Celle qui nous a jetés
L'un contre l'autre
Celle qui s'est servi de nous
Pour défier l'été
Descendu sur la ville
Comme le roi
Traverse ses provinces

vendredi 31 janvier 2020

Vieille panthère

La tristesse
Est venue
D'elle-même
Se faire prendre
A notre piège
Pour coléoptères
Et nous l'observons
Sous toutes les coutures
Celles qui craquent
Celles qui ont un défaut
Celles en fil double
Et nous l'observons
Cogner des ailes
Et jurer
Qu'elle ne se laissera
Plus attendrir
Par notre démarche
De vieille panthère

vendredi 20 décembre 2019

Danser

Nous tenions à peine
Sur nos jambes
Nous cherchions conseil
Auprès des rambardes
Nos chemins
C'était des nuits trouées par le vent
Jusqu'à ce que la joie
Surgisse en chat errant
Mouillée et affamée
Jusqu'à ce qu'elle se faufile
Jusqu'à ce qu'elle donne
Le vertige
A notre démarche
Jusqu'à ce qu'elle nous fasse
Vaciller sans tomber
Puisqu'elle nous apprenait
A nouveau
A danser

mardi 26 novembre 2019

Repaire

T'embrasser
Comme on ébouriffe
Une caresse
Comme on la renvoie
Chercher quelque chose
Qu'on a lancé au loin
Comme on construit
Un délai
Avec un bout de bois

T'embrasser
Pour remettre
La tristesse à plus tard
Lorsque les chemins
Pavés d'envie
Jusqu'à notre repaire
Auront été dégagés

jeudi 17 octobre 2019

Silhouette

Cette joie fatiguée
Drapée de pourritures
Avance en silhouette
D'allumette noircie

Cette joie conservée
Pour des repas oubliés
Pour des feux mouillés
S'échappe sur l'avenue
Sortie d'une contre-allée

Cette joie
Après laquelle
Il ne faudra pas courir
Cette joie
Qui se laissera cueillir
Cette joie qui viendra
A peine dans nos bras
Mourir

vendredi 6 septembre 2019

Planche

Tu as jeté
Une planche
Sur le matin
L'espoir insensé
De le traverser
Au sec
Alors que la lumière
Truffe à terre
Loin devant
Tirait tes tristesses
On aurait dit
Des poissons ruisselants
Arrachés aux profondeurs
Qui te servent de demeure

samedi 10 août 2019

Chandails

Poursuivre l'été
Qui se faufile
Jusque dans nos chambres sombres
Le débusquer
Parmi les chandails
Et tout l'attirail
Qui le fera fuir
S'enfoncer dans les penderies
Et renifler l'odeur
D'étés plus anciens
Poursuivre l'été
Pour rattraper nos enfances

samedi 27 juillet 2019

Ton sourire

J’ai croisé ton sourire
Entre la salle de bain et la cuisine
Il traînait en peignoir et en savates
Il a ouvert le frigo
Il est resté immobile
Il s’est laissé gifler par la fraîcheur artificielle
Il a regardé par la fenêtre
Deux chats se lacérer les oreilles
Et il est retourné se coucher
Pieds nus

Dehors, l’après-midi cognait

Et puis dehors
L’après-midi cognait
A peu de choses près
Sur tout
Il essayait de nous attirer
De nous faire croire
A des intentions
A des constructions
A des sourires
Personne ne lui avait dit
Qu’il participait à une mascarade
On le laissait s’exciter tout seul
En plein soleil
En pleine sécheresse
Alors que les grands buvaient
Leurs chagrins
Et essoraient leurs souvenirs
A l’intérieur

Plus bas dans la saison

Nos tristesses
Se tenaient
Bien serrées
Au fond de l’avenue
Tandis que plus haut
Le vent déboulait
Et secouait les arbres
Un forcené ou un fou furieux
Un de ces caractères entamés
Par les complications inattendues
Dont regorgent les promesses compliquées
Nos tristesses
Se serraient
Elles attendaient qu’il vienne
Leur souffler au visage
Elles attendaient qu’il les rejoigne
Pour voir débouler
Ensemble
Du haut de l’avenue
D’autres météos
Ivres de dépit
Plus bas dans la saison

vendredi 21 juin 2019

Cherche

Tu t’élances
Et tu es ce chien
Le museau aimanté au sol
La truffe qui fait le métronome
A la recherche de ce tempo oublié
A tenter de retrouver cette piste
Cet air ancien qu’on te lançait autrefois
Et que tu rapportais dans des excitations
Dans des frénésies de poils et de salive
Ce temps où tu bondissais
Pour quelques morceaux de joie
Jetés au ciel
Promis à rejoindre des étoiles éteintes
Et des promesses sans lumière
Élance-toi
Et cherche