mercredi 5 mai 2021

Canaris

Prenons l'aube de vitesse
Jusqu'à l'océan
Capturer deux ou trois gros nuages-chats
Encore endormis
Des traînards
Ivres des vents du soir

Nous les appâterons
Avec des brumes
Ramenées de l'arrière-pays
Nous avons autrefois leurré des nuages-chiens
A coup de rots habillés en buées
Nous devrions réussir
A déguiser des brouillards
En canaris

Prenons l'aube de vitesse
Avant qu'elle n'agite
Quelques bouchons de ciel bleu
Devant ces nuages
Encore saouls
Des vents du soir et de leurs promesses de voyages
Encore saouls
Tandis qu'ils les dépouillaient de leurs pluies

Jus

Tandis que nous rassemblons
Nos forces
En tout petits tas de bois
Au-delà
Après la rivière
Derrière la forêt
Après les truites immobiles
Derrière les chevreuils et les lièvres tranquilles
Un jus lumineux noie l'horizon

Tandis qu'ici
Nous attendons encore
Celui ou celle
Qui rapportera de la paille et de la cire
Pour allumer nos tout petits tas de bois

Où reste-t-il, où reste-t-elle
Peut-être que sa petite provision de forces
Emportée à la hâte
S'est déjà épuisée en chemin

Peut-être que nous devrions
Nous résoudre
A l'abandonner aux truites, aux chevreuils et aux lièvres
Peut-être que nous devrions
Ne pas regarder
Assoiffés
Ce jus lumineux
Qui noie l'horizon