Le périmètre des carburatrices

mercredi 14 septembre 2011

ADMINISTRATIONS - Episode 3

Accédez à l'épisode précédent

Les fourgonnettes des principales chaînes de télévision commençaient à déployer leurs antennes paraboliques dans les rues adjacentes. Des êtres en tailleurs et en costumes, avec des cravates voyantes et des cheveux teints, couraient maladroitement. Ils ne savaient visiblement pas s'ils devaient rester debout ou se baisser.

Le "malade mental", comme reformulait Jocelyne F. collée contre la vitre, fit un grand geste du bras en direction du sas des distributeurs automatiques d'argent. Dans une chorégraphie similaire à celle des anciens semeurs-laboureurs bretons. Peu après, les vitres volèrent en éclat. Deux masses humaines titubèrent un peu en cherchant à s'extraire du brasier, avant de s'effondrer sur les débris.

Le coupe-vent imperméable orange se dirigeait maintenant vers une ruelle obstruée par des véhicules de médias. Une présentatrice n'eut pas le temps de s'abriter de la prochaine rafale. Le cameraman qui essayait de tirer le corps de la jeune femme à l'abri se fit également surprendre par un nouveau jet de grenade.

- T'as vu qui c'est, souffla Jean-Claude E.
- C'est ce jeune aux cafés, trancha Jocelyne F.
- Ouais, aussi, mais comment ce qu'il faut dire, c'est lui qui a débarqué l'autre jour au guichet.
- Me rappelle pas. T'as son nom?

L'échange avait attiré Jean-Jacques K. Il demanda si quelqu'un connaissait effectivement cet homme. "C'est le type qui a débarqué l'autre jour au guichet", ânonna Jean-Claude E.

Personne ne pouvait sortir un nom.

"C'était mardi, j'avais fait ma nouvelle teinture lundi, il la trouvait bien. C'est Benoît T.!", lança soudain dans un enchaînement Josiane M., réceptionniste à 50%.

Là, il y eut comme un bref arrêt, une coupure. De celle qu'on trouve parfois durant l'été, au fil des litanies électro dans les bars des plages varoises.

- Celui de la République démocratique de Z., hasarda Jean-Jacques K.
- Les bulletins codés, articula au ralenti Jocelyne F.
- Les préavis négatifs, enchaîna Jean-Jacques K.
- L'odeur de cuir mouillé, précisait Jocelyne F.

A suivre.

Accédez à l'épisode suivant

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire